DÉPRIME VERSUS DÉPRESSION

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur email

COUP DE BLUES, COUP DE POMPE, DÉPRIME…

 

Chacun(e) de nous a connu cela une ou plusieurs fois dans sa vie. La période si particulière d’épidémie Covid-19 actuelle, doublée du confinement – que nous vivons depuis maintenant 3 semaines -, peuvent non seulement déclencher ces états de mal-être, mais surtout les accentuer.

En temps « normal », ruptures affectives ou professionnelles, difficultés relationnelles ou financières, échec ou déception… peuvent être les causes de ces « passages à vide ». Et la résilience de l’individu permet de dépasser plus ou moins rapidement ces mauvaises passes.

 

Mais cette mystérieuse guerre au Virus cumule tous les motifs : séparation d’avec les gens qu’on aime, isolement, stand-by professionnel – quand ça n’est pas interruption ! -, perte de confiance et craintes en l’avenir (sanitaires, psychologiques, politiques, économiques, …), flou et absence de perspectives… pour une durée indéterminée, et nous pousse bien plus à l’affrontement qu’à la possibilité d’une quelconque RÉSILIENCE pour le moment, même si l’opération militaire gouvernementale associée a été baptisée du même nom…

Or, nous savons que :

  • le nombre
  • l’intensité
  • et la durée (chronicisation)

de ces « adversités », peuvent conduire à un au-delà de la simple petite déprime, par un dérèglement profond de l’organisme tout entier, entrée dans la véritable DÉPRESSION.

Le stress intense et chronicisé (voir article Coronastressus) généré par la période et les actualités, n’est pas sans conséquences : il dérègle le système immunitaire, l’inflammation modifie l’hippocampe, et hypertrophie l’hypophyse.

Insomnie sérieuse, réveils nocturnes avec rumination, anxiété envahissante, stress, montées d’angoisse, douleurs, incapacité au plaisir (anhédonie), quasi incapacité à agir et à décider, laisser-aller, autant d’éléments qui constituent le tableau classique de la dépression.

A ce stade, ne restons pas seul face à cela, il faut absolument CONCILIER SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE et TRAVAIL SUR L’ORGANISME : faire baisser l’inflammation et soutenir les glandes surrénales, abaisser le taux de cortisol et aider la dopamine.

Au niveau organique, nous pouvons d’ores et déjà agir sur le plan nutritionnel et micronutritionnel.

Pour l’ÉVEIL et l’ÉNERGIE, pensons à privilégier des aliments riches en protéines le matin, pour leur teneur en tyrosine et phénylalanine (acides aminés précurseurs de la DOPAMINE, neurotransmetteur qui agit tout particulièrement sur l’humeur, l’entrain, l’élan et la motivation). Des compléments alimentaires adaptés – à base de tyrosine, mucuna pruriens ou Rhodiola rosea notamment-, peuvent également permettre de compenser une carence plus rapidement.

Pour la SÉRÉNITÉ et l’APAISEMENT DU SYSTÈME, consommons des aliments riches en tryptophane, acide aminé transformé en SÉROTONINE (neurotransmetteur responsable de l’équilibre nerveux et émotionnel) après ingestion : chocolat noir, banane, amandes, noix de cajou, … au moment le plus opportun pour en soutenir la production – vers 16-17h pour le goûter ! Une supplémentation en Griffonia, 5-HTP ou Millepertuis, facilitera les améliorations.

Et si notre corps reçoit suffisamment de tryptophane, nous n’aurons plus besoin de somnifères pour dormir.

Rappel : limitons gluten, lait de vache et édulcorants, très inflammatoires pour l’organisme. En revanche, les compléments antioxydants et anti-inflammatoires à base de curcuma (dont la curcumine), quercétine, resvératrol, vitamines C et E seront nos alliés.

Tous les compléments adaptés peuvent se retrouver en cliquant sur le lien suivant : https://copmed.info/2RZDxVT

Pour l’aspect psychologique, parler à un professionnel afin d’éclairer les différents mécanismes en jeu et d’en comprendre les origines, nous aidera à retrouver équilibre et calme.

En cas de besoin, retrouvez-moi sur Doctolib ou Qare en téléconsultation pour vous soutenir et vous accompagner, en vous apportant tous les conseils nécessaires.

Un dernier point, n’oublions pas de nous lever, de nous laver et prendre soin de nous, de cadrer et rythmer nos journées. Enfin respiration profonde et méditation pour améliorer les symptômes !

 

Articles récents

Recevoir l'actualité santé et bien-être

Votre e-mail ne sera jamais cédé à des tiers, il n’a vocation qu’à recevoir des nouvelles de Foods for Mood.

Fermer